L’amplificateur cognitif Noopept : un neuroprotecteur qui améliore la mémoire et la cognition

L’amplificateur cognitif Noopept (ester éthylique de N-phénylacétyl-L-prolylglycine) est environ 1000 fois plus puissant que le piracétam. Il est anti-anxiété, antioxydant, anti-inflammatoire et empêche la neurotoxicité de l’excès d’amyloïde tout en améliorant le flux sanguin.

Noopept, une substance nootropique

Noopept est un activateur cognitif faisant partie de la famille des nootropiques racétam.

De nombreux nootropes peuvent prendre des jours, des semaines voire des mois pour bénéficier de leurs avantages. Cependant, Noopept 10 mg est unique en ce que ses effets aigus se font sentir presque immédiatement après son ingestion.

Noopept fonctionne selon un mécanisme similaire à celui du piracétam, mais on estime qu’il est 1000 fois plus puissant. Sa puissance impressionnante ne signifie pas que son effet est plus profond que le piracétam ; il a une dose standard bien inférieure à celle du piracétam (10 mg par rapport à 4800 mg) et procure un effet neuroprotecteur général après la supplémentation.

Cet effet neuroprotecteur se produit lors de divers états de traumatismes cognitifs, notamment de stress oxydatif et de traumatismes physiques. Cependant, rien n’indique que Noopept présente des avantages pour les personnes ne souffrant pas de problèmes cognitifs.

Noopept améliore la mémoire et la cognition

Noopept est généralement pris pour améliorer la mémoire et prévenir l’amnésie.

Noopept, comme le piracétam, aide à la formation de la mémoire, mais présente des avantages supplémentaires, notamment la consolidation et la récupération de la mémoire. ‍ Noopept facilite la gestion appropriée de toutes les formes de stimuli lors de leur traitement par le cerveau, permettant ainsi une meilleure récupération de la mémoire.

La plupart des recherches sur les effets de Noopept sur la mémoire ont été effectuées sur des modèles de déclin cognitif ou de lésions cérébrales.

Les preuves d’augmentation cognitive de Noopept chez l’homme en bonne santé se limitent à des rapports anecdotiques.

Augmentation des niveaux de NGF et de BDNF

Dans des études sur des animaux, Noopept a montré qu’il stimule l’expression du NGF et du BDNF dans l’hippocampe.

Le facteur de croissance nerveuse (NGF) est une protéine unique dans le corps qui participe à la croissance, au maintien et à la survie des cellules nerveuses, y compris les cellules du cerveau.

Le NGF est également considéré comme un élément clé de la neurogenèse, la capacité du corps à créer de nouvelles cellules nerveuses. L’augmentation des niveaux de NGF est associée à la neurogenèse, qui peut à son tour améliorer les performances des réseaux de neurones dans le cerveau. Cette structure cérébrale améliorée peut entraîner une amélioration des performances dans pratiquement tous les domaines de la cognition.

Le facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) est une autre protéine dans le corps qui joue un rôle similaire au NGF. Le BDNF est l’une des molécules les plus importantes impliquées dans la mémoire, jouant un rôle vital dans la formation de la mémoire à court et à long terme.

Noopept améliore la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson

Dans des études sur des éprouvettes, Noopept était neuroprotecteur et empêchait la mort cellulaire de la toxicité amyloïde, qui est à l’origine des symptômes d’Alzheimer et de Parkinson.

Une expérience sur modèle cellulaire a montré que Noopept prévient également les dommages oxydatifs et la mort des cellules mitochondriales, importants pour la lutte contre les maladies d’Alzheimer et de Parkinson.

Réduction de l’anxiété

Il est prouvé que Noopept pourrait réduire l’anxiété.

Dans une étude sur des animaux, le niveau d’anxiété des rongeurs ayant reçu une injection de Noopept semblait nettement inférieur.

Dans une étude humaine, des patients présentant des troubles cognitifs légers ont reçu 10 mg de Noopept deux fois par jour. Tous les patients ont noté des améliorations dans divers paramètres, notamment la réduction de l’anxiété.

Auteur de l’article : Lucie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *